Français

Chronique de Tradmagazine de juillet et août 2013 (avec attribution des Bravos !!!)

Bien sûr, si vous ne supportez pas le son des cornemuses, passez votre chemin. Mais si vous êtes au moins curieux, sinon passionnés, ne manquez pas cette perle de délicatesse et de musicalité. Ivan Karvaix (Béchonnet, musette 14 pouces), Alain « Marien » Barse (Béchonnet) et Christian Robert (musettes 20 et 23 pouces) proposent ici indiscutablement l’aboutissement artistique de leur travail en trio. Regrets et airs lents voisinent avec des bourrées et autres danses. L’idée d’associer les musettes de monsieur Béchonnet avec les musettes du Berry-Bourbonnais trouve ici un accomplissement exemplaire et rayonnant. La cornemuse en général et ces musettes en particulier offrent des phrasés si proches de la voix qu’on pourrait les croire humaines. Du moins leurs porteurs-sonneurs ventriloques en créent ici l’illusion. Entrées successives, solos accompagnés, trios en mélodies parallèles alternent, pour un répertoire en grande partie composé. Comme le gage d’une actualité, d’une contemporanéité et d’une vie expressives inaltérables…
Claude Ribouillault

Le Canard Folk                              Octobre 2013                                            Belgique

Nous voici dans le Centre France, en Auvergne, avec 3 musiciens liés à l’association « Les Brayauds » fondée par les parents de l’un d’eux.
Le beau livret de 16 pages nous fait le plaisir de rappeler que c’est grâce aux facteurs Bernard Blanc et Rémy Dubois qu’il est devenu possible de faire jouer une cornemuse avec d’autres cornemuses ou avec d’autres instruments comme l’accordéon. Ce sont donc des instruments « parfaitement » accordés qui polysonnent ici sous les doigts d’Ivan Karvaix, Alain Barse et Christian Robert : des Béchonnet 16 pouces et des musettes 14, 20 et 23 pouces.
Rappelons que la Béchonnet est cette cornemuse à soufflet munie d’une grande souche rectangulaire d’où sortent le hautbois et le petit bourdon.
Seize morceaux en trio ou en duo, généralement des compositions de style traditionnel, sont autant de danses mais jouées parfois plus lentement qu’en bal, de manière à mieux faire ressentir la chaleur d’une mélodie et la douceur des interactions.
Du très beau travail, à la fois vivant et respectueux des traditions (http://brayauds.free.fr).

Chronique de Jean-Luc Matte du 10 juin 2013

« Enfin ! » serait-on tenté de dire pour saluer la sortie de ce CD d’un trio de musettes du Centre dont l’existence nous avait été discographiquement révélée en 2008 déjà au travers une plage du CD de bourrées des Brayauds. Au sein de ce trio, deux Brayauds de la première heure : Ivan Karvaix et Marien Barse, tous deux joueurs de musette Bechonnet et un troisième larron pour assurer les basses : Christian Robert. Depuis son CD solo chez Cinq Planètes, il n’est plus besoin de revenir sur le talent d’Ivan Karvaix, le présent album démontre qu’il n’a pas renoncé pour autant au jeu en formation. Marien Barse est le plus discret du trio puisque six des plages des 15 plages sont assurées en duo par ses deux acolytes tandis qu’il n’en a enregistré qu’une en duo avec Christian. Ce dernier, moins connu jusqu’à présent (même si c’est celui que je connais le mieux personnellement…) assure les parties de 23 ou 20 pouces sur tous les morceaux, mais est également le compositeur de dix des mélodies, car cet album fait la part belle aux compositions, de Christian donc pour la plus grande partie, mais également d’Ivan ainsi que de JC. Blanc et Ph. Beauger. Ces compositions font naturellement la part belle aux danses traditionnelles (bourrées 2 ou 3temps, valses et mazurkas), mais Christian pousse tout de même l’originalité en composant … deux Noëls. Et il s’en sort plutôt bien… Les arrangements sont relativement sobres mais efficaces et ne laissent jamais poindre une quelconque impression de répétition. Comme le disait l’un de mes collègues d’Avalanche à propos d’un CD wallon de polyphonies de cornemuse (1) : « En écoutant un CD comme cela, je comprends pourquoi j’aime par dessus tout la cornemuse !« . Pour chercher un peu la petite bête, je pourrai faire remarquer que sur une plage ou l’autre, on sent l’une des 16 pouces tirer un peu le tempo vers l’avant, mais ceux qui ont eu l’occasion de jouer avec moi savent que c’est une de mes hantises en jeu de groupe et c’est donc pour cela que je le remarque sur les enregistrements des autres… Un mot enfin sur le livret tout à la fois complet, précis, joli et convivial (cf. la dernière photo).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s